DIE MACHEN LANGE BEINE

Tun Sie es den internationalen Modeprofis gleich und verlängern Sie Ihre Beine optisch auf Model-Länge – mit 15 klugen Styling-Tricks

Parc national de Masoala

admin, · Kategorien: Allgemein · Schlagwörter: , , ,

Géolocalisation sur la carte : Madagascar

Le parc national de Masoala est un parc national créé en 1997 meat jaccard, au nord-est de Madagascar, dans la province de Diego-Suarez sur la presqu’île granitique de Masoala. C’est la plus grande des aires protégées de l’île avec ses 235 000 ha de forêt tropicale humide. Le parc a été créé pour gérer, protéger et restaurer le patrimoine naturel malgache qui est sur l’île soumis à de fortes pressions (15 espèces de lémuriens ainsi que des douzaines d’autres espèces ont disparu depuis l’arrivée de l’homme).

Masoala a conservé des paysages remarquables, derniers souvenirs de ce qu’était l‘île verte (un des anciens noms de Madagascar) ; relique de la forêt ombrophile dense où comme le rappelait le botaniste Martin Calmander filmé sur place par Yann-Arthus Bertrand, « cette forêt si dense que 90 % de la lumière n’atteint jamais le sol ! ». Ceci en fait un des endroits les plus propices à l’écotourisme et à un tourisme durable ainsi qu’à l’étude des forêts anciennes tropicales et des milieux marins. On peut y apprécier la richesse de la faune, fonge et flore en partie endémique) de la Grande Île, voire de la presqu’île.

La pression sur la forêt est importante à Madagascar, comme dans beaucoup de pays tropicaux. Les pressions sur la forêt de Masoala et sur ceux qui la protègent n’ont jamais tout à fait cessé, mais elles ont connu une nette recrudescence en 2009, en particulier de la part de trafiquants de bois précieux — « Bois de rose » (Dalbergia maritima) et bois d’ébène — illégalement coupés et exportés en dépit des progrès de la règlementation malgache sur la protection de la forêt. Le braconnage dans le parc pose également problème et les forces de l’ordre ainsi que les gardes des eaux et forêts ne sont actuellement pas assez équipés pour lutter contre les « voleurs d’arbres » travaillant pour le compte des réseaux mafieux de trafiquants de bois (Rosewood barons). Selon diverses sources jugées fiables par le zoo de Zurich et le « Cercle de Concertation des Partenaires Techniques et Financiers du Secteur Environnement », mi-2009, environ 4 000 personnes étaient en train d’illégalement piller les bois précieux de cette forêt, campant, chassant et vendant également de la viande de brousse (de lémuriens notamment) avec plusieurs centaines d’arbres de bois de rose ou d’essences précieuses coupées par jour. Les chefs des « voleurs de bois » sont armés et n’hésitent pas à intimider ou menacer la population et les gardes du parc. Des organismes tels que Global Witness et l’Environment Investigative Agency enquêtent pour mieux identifier les réseaux de trafic. Dans le même temps, des représentants d’ambassades de plusieurs pays, ainsi que la Banque mondiale et la Banque de développement «&nbsp reusable glass water bottles;KfW » collaborent pour aider le gouvernement intérimaire malgache à venir à bout de cette crise qui semble être la plus grave que le parc ait traversé.

Le parc (2 355,8 km2 sur terre) protège :

Il est d’une diversité exceptionnelle grâce à sa vaste superficie et à la variété des habitats qu’il abrite :

La péninsule est rarement photographiée par les satellites, car très souvent sous les nuages. Avec 3 000 à 4 000 mm de pluie par an c’est la région la plus humide de Madagascar. Les pluies sont les plus fortes de septembre à novembre. L’évapotranspiration forestière maintient une hygrométrie élevée toute l’année.

L’ethnie dominante des régions urbaines est l’ethnie Betsimisaraka (terme signifiant « Les nombreux inséparables ». Les habitants de la région de Maroantsetra se dénomment eux-mêmes « Antimaroa ». Les cérémonies et fêtes (Tsaboraha) sont traditionnellement accompagnées d’abattages de zébus.

Environ 80 000 personnes habitent la zone périphérique (zone-tampon) du parc national. Elles cultivent le riz sur brûlis. Antalaha et Maroantsetra sont les deux plus grandes villes avec près de 20 000 habitants chacune. Ce sont des bases d’exportation de vanille et de bois tropicaux.

Dix espèces de lémuriens, endémiques de Madagascar, y vivent. Parmi elles se trouve le Vari roux (Varecia variegata rubra) à pelage flamboyant et qui est endémique à la presqu’île.

La réserve de Nosy Mangabe est un des meilleurs emplacements pour apercevoir l’insaisissable Aye-aye nocturne. Si ce lémurien à queue d’écureuil et oreilles de chauve-souris figure parmi les espèces en voie d’extinction, c’est parce que les Malgaches le tiennent pour maléfique et le tuent.

Masoala abrite un bon nombre d’espèces particulières comme le gecko Phelsuma, l’uroplate, de nombreuses espèces de caméléons de toute taille, des oiseaux spectaculaires comme l’Eurycère de Prévost ou des espèces rares telles que l’effraie de Soumagne et la grenouille-tomate. Masoala abrite également le Chrysiridia rhipheus personalized football socks, un papillon spectaculaire. Le Serpentaire de Madagascar y a été récemment redécouvert et n’existe en grand nombre que dans cette partie nord-est de Madagascar.

La biodiversité marine et sous-marine n’est pas en reste ; 300 espèces de poissons fréquentent les récifs où 164 espèces de coraux ont été recensées, ainsi que 27 espèces de concombres de mer, des raies et requins récifaux dans le parc national de Masoala, et plus précisément dans les trois parcs marins :

Ces parcs figurent parmi les environnements marins les plus intéressants à Madagascar et sont des superbes destinations pour faire du kayak de mer et de la plongée en apnée.

Au cours de leur long voyage, des centaines de baleines à bosse visitent la baie d’Antongil chaque année, de juillet au début du mois de septembre. Les eaux chaudes protégées de la baie sont un lieu idéal pour ces magnifiques mammifères marins pour se reproduire et mettre au monde leurs baleineaux. La baleine franche australe est également présente, avec deux espèces de dauphins (Grand dauphin, Dauphin à ventre rose) qui côtoient quatre espèces de tortues marines et le rare dugong.

Les cultures traditionnelles sont encore actives, notamment dans le sud de la presqu’île. Les tabous ou fady concernant la forêt et les ancêtres sont encore respectés.

On peut rejoindre le parc à partir des villes de Maroantsetra ou Antalaha. Un voyage par bateau à moteur est possible à partir de Maroantsetra. De la ville d’Antalaha, un voyage sur route vers le Cap-Est par taxi-brousse journalier ou par vélo tout-terrain aboutit au village de Masoala. Plusieurs Safari lodges de la presqu’île mènent sur le parc où six aires de camping sont maintenues. Des matériels de campement sont disponibles pour location à Maroantsetra. Les pistes principales pour les visiteurs se trouvent à Nosy Mangabe, à Tampolo/Ambodiforaha, et au Cap Est, et une promenade de plusieurs jours est possible à travers la presqu’île. Nosy Mangabe, Cap Est, Ambatolaidama et chacun des trois parcs marins possèdent des aires de camping. Plusieurs villages sont munis de bungalows ou de simples chambres d’hôte à coûts raisonnables. Antalaha et Maroantsetra offrent toute sorte d’hébergement avec les services des guides et des porteurs pour un voyage à travers la presqu’île.

Toute visite au parc doit être accompagnée d’un guide officiel agréé du parc. Les scientifiques qui mènent des recherches dans le parc doivent demander une autorisation et obtenir un permis de recherche accordé par une Commission du parc chargée de la flore et de la faune, traduite en un contrat. Ils doivent aussi payer un droit d’entrée.

En janvier 2006, en faisant partie d’un groupe de parcs représentant la biodiversité des forêts pluviales de l’est du pays, Masoala fut proposé comme patrimoine mondial de l’UNESCO par le gouvernement malagasy. Les autres parcs nationaux inclus dans la nomination sont ceux de Marojejy, Zahamena, Mantadia, Ranomafana, Andringitra, Befotaka-Midongy et Andohahela. En 2007, ces parcs ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial sous le nom de forêts humides de l’Atsinanana.

Le parc national de Masoala est géré par l’association nationale des parcs de Madagascar (ANGAP) avec l’association de Wildlife Conservation Society (WCS) et divers partenariats avec des scientifiques ou des institutions telles que le zoo de Zurich qui a reconstitué pour le public européen, sous serre, un environnement proche de celui de la forêt de Masoala.

Les parcs marins sont patrouillés par des gardes en kayak, avec le soutien du WWF, ce qui a permis de faire respecter le règlement de la pêche championship football shirts.

Néanmoins, malgré des aides au développement (incluant aide au commerce équitable et éthique de la vanille de Madagascar, production d’huiles essentielles, développement de l’écotourisme ou de tourisme scientifique…, du point de vue de la population locale, le parc est source de problèmes, notamment parce qu’il implique la perte des terres de subsistance pour l’agriculture (Keller 2008, 2009) ou à cause des pressions de trafiquants. Les études faites dans le cadre du projet CITES “Étude du commerce important” ont montré – au vu du niveau des exportations de certaines espèces malgaches – que « trop souvent les exportations ont été autorisées sans connaissance des impacts éventuels sur la conservation ».

Flore et strates de lisière

Phelsuma madagascariensis madagascariensis

grenouille tomate (Dyscophus antongilii)

Poke and Tone

admin, · Kategorien: Allgemein · Schlagwörter: , ,

Trackmasters, également connu sous le nom de Poke and Tone, est un duo de producteurs américains composé de Jean-Claude Olivier (Poke) et de Samuel Barnes (Tone). Connus pour leurs singles et nombreux remixes, ils comptent 7 disques d’or et 20 disques de platine. Ils sont classés 6e du classement des « plus grands producteurs de tous les temps » au magazine Vibe Magazine dans la catégorie Mass Appeal.

Samuel Barnes rappe en solo dans les années 1990 sous le pseudonyme Red Hot Lover Tone et publie deux albums sur le label Select Records, Red Hot Lover Lover Tone en 1992 et #1 Player en 1995. Le duo Poke and Tone se fait connaître en 1992 grâce à sa participation à l’album Live and Let Die de Kool G Rap & DJ Polo. Ils collaborent également avec des artistes tels que Big Daddy Kane, Roxanne Shanté meat jaccard, Mary J. Blige, The Notorious B.I.G. (et son tube Juicy) ou encore LL Cool J. Ils sont surtout célèbres pour leur travail avec le rappeur Nas. Parmi les titres produits par Poke and Tone, les singles If I Ruled the World (Imagine That) et Street Dreams extraits de It Was Written, le second album de Nas, se classent dans le Billboard Hot 100 en 1996 et 1997, ainsi que Hate Me Now extrait de l’album I Am… en 1999.

Le duo travaille également pour Will Smith sur l’album Big Willie Style. Le single Men in Black atteint la première place au classement des meilleures ventes au Royaume-Uni en août 1997, Gettin‘ Jiggy Wit It et Miami, tous deux coécrits par Samuel Barnes, atteignent respectivement la première et la 17e place au classement des meilleures ventes aux États-Unis. Poke and Tone contribuent aux deux albums réalisés en commun par Jay-Z et R. Kelly : The Best of Both Worlds (2002) et Unfinished Business (2004).

En 2001, Samuel « Tone » Barnes est nommé aux Grammy Awards pour la chanson Independent Women Part I qui apparaît sur la bande originale du film Charlie et ses drôles de dames (Charlie’s Angels) soccer wholesale jerseys. En 2002, ce titre remporte le prix de la chanson la plus diffusée pour une bande originale de film lors de la 15e édition des Rhythm and Soul Music Awards organisés par l’ASCAP. Lors de l’édition 2003 des BMI Urban Awards, Jean-Claude Olivier (Poke) figure dans la liste des dix meilleurs producteurs de musiques urbaines. Barnes lance le label Trackmaster Records en compagnie de Jean-Claude Olivier alors qu’il était vice-président du label Columbia Records en 1999. En 2004 il est nommé vice-président de Motown par le nouveau CEO, Sylvia Rhone best natural meat tenderizer.

Après une séparation en 2005, durant laquelle chacun avait évolué de son côté, les Trackmasters se reforment en 2007, et engagent de nouveaux musiciens-producteurs : Russell « The ARE » Gonzales, Spanador, Frequency, Ace 21 et Just Nyce. Avant leur reformation, Poke est producteur de télévision et Tone, vice-président exécutif de l’A&R chez Universal Music Group. Ils enregistrent des chansons pour le nouvel album de Lil‘ Kim, intitulées Shook Hands et Download en featuring avec T-Pain et Charlie Wilson.

Depuis la réunion du groupe, ils produisent la chanson Boyfriend issue de l’album All I Feel de Ray J, publié en 2008, et le single One More Drink issu de l’album Theater of the Mind de Ludacris.

Ezzolied

admin, · Kategorien: Allgemein · Schlagwörter: ,

Das Ezzolied steht am Beginn der frühmittelhochdeutschen Literatur. Mit ihm setzt nach etwa 100 Jahren, aus denen uns nur lateinische Texte erhalten sind, die Überlieferung deutschsprachiger Dichtung wieder ein. Als volkssprachliche „Cantilena de miraculis Christi“, also als „Lied über die Wunder Christi“ enthält es eine konzentrierte Wiedergabe der christlichen Heilsgeschichte in Reimform und wurde wahrscheinlich in der Straßburger Fassung (Straßburger Hymnus) auf einer Pilgerreise des Bischofs Gunther von Bamberg nach Jerusalem in den Jahren 1064/65 gesungen.

Es ist in zwei Fassungen, der Straßburger und der Vorauer, überliefert, wobei die längere Vorauer Fassung in einer vorangestellten Eingangsstrophe den Geistlichen Ezzo als Dichter sowie den Komponisten Wille (möglicherweise der spätere Abt des Klosters Michelsberg, 1082–1085) und den Auftraggeber Bischof Gunther von Bamberg nennt. Die von 1057 bis 1065 belegte Amtszeit des Letzteren und vor allem die oben genannte Pilgerreise 1064/65 lassen darauf schließen, dass das „Ezzolied“ um 1060 entstanden ist.

Die Forschung hat verschiedenste Theorien zur Entstehung des Ezzoliedes. Sehr weit verbreitet ist die Meinung, dass der Straßburger Hymnus auf der Pilgerfahrt Gunthers von Bamberg nach Jerusalem 1064/65 gesungen wurde. Ob es aber explizit für diese Reise bestimmt war oder doch zu einem anderen Anlass verfasst wurde, ist fraglich. So gibt es auch die Theorie, dass es als Festkantate anlässlich einer Reform des Domkapitels entstand. Auch die Einweihung des regulierten Kollegiatstiftes St. Gangolf in Bamberg 1063 könnte Anlass für eine derartige Festhymne gewesen sein.

Wie eingangs erwähnt, liegt uns das Ezzolied heute in Form von zwei Handschriften vor, die in Länge und Inhalt zum Teil stark variieren. Auch wird vermutet, dass die längere Vorauer Variante – im Gegensatz zur Straßburger – nie für einen gesanglichen Vortrag konzipiert gewesen sei.

Um eine Beschreibung zu erleichtern werden im Folgenden die gängigen Abkürzungen (S = Straßburg, V = Vorau) und Strophennummerierungen (römische Ziffern bei S und lateinische bei V) verwendet.

S wird als die ältere der beiden Überlieferungen mit Ende des 11. oder Anfang des 12. Jahrhunderts datiert. Sie besteht aus 7 Strophen – 2 achtzeiligen und 5 zwölfzeiligen – und dürfte wohl unvollständig sein.

Die beiden gleich gebauten Strophen S I und II sind Prologstrophen: S I wendet sich an die Adressaten, nämlich herron (fmhd. für Fürsten, Adelige …) (vgl. V2 allen) und gibt Thema und Quellen für S III-S VII an. S II liest sich wie ein Gebetsanruf an Christus, besonders das Licht Gottes wird betont. Leitbegriffe der Prologstrophen scheinen eron (fmhd. für Ruhm, Verehrung, Ehrerbietung) und gnadon (fmhd. für Gnade, Segen, Vergebung …) zu sein, während in den vergleichbaren Strophen der Vorauer Fassung von troste (fmhd. für Trost) und genade (fmhd. für Gnade, Segen, Vergebung …) die Rede ist.

Anschließend werden die Erschaffung des Menschen (S IV), der Sündenfall (S V) und die darauffolgende Sündennacht mit den ihr Ende ankündigenden Sternen (S VI) beschrieben. Mit S VII, den Verheißungen und Lehren der Patriarchen Abel, Enoch, Noah, Abraham, David, bricht die Straßburger Überlieferung unvermittelt ab. Bezugnehmend auf das in S I angegebene Programm wird jedoch vermutet, dass nur eine oder zwei Strophen fehlen. Fügt man der Straßburger Fassung die Strophe 13 der Vorauer Fassung an, sind alle Programmpunkte erfüllt.

V entstand etwa im 1. Drittel des 12 all football shirts. Jahrhunderts. Wahrscheinlich diente der Straßburger Hymnus als Vorlage und wurde durch einen unbekannten Bearbeiter zur Vorauer Reimpredigt ausgebaut meat jaccard. Einige Forscher vermuten, dass der Anteil des Bearbeiters an V größer ist als der Ezzos selbst.

V umfasst insgesamt 34 Abschnitte unterschiedlicher Länge. Der kürzeste hat lediglich sechs Zeilen während der längste 18 Zeilen aufweist. Die Mehrzahl ist jedoch 12zeilig.

Mit V 12 beginnt der nur in V überlieferte Teil des Ezzoliedes:

Der Originalton von Wille ist leider nicht erhalten, das Ezzolied wurde aber im 20. Jahrhundert von zwei mitteleuropäischen Komponisten bearbeitet:

Der Schweizer Willy Burkhard komponierte um den frühmittelhochdeutschen Text 1927 eine Motette für einen vier- bis achtstimmigen Chor (op. 19). Dreißig Jahre später 1957 nahm sich der österreichische Komponist Johann Nepomuk David erneut des Stoffes an und schuf ein Oratorium für Soli, Chor und Orchester (op. 51).

Puma Fußballschuhe Steckdose | Kelme Outlet

MCM Rucksack | Kelme | maje dresses outlet| maje dresses for sale

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet schlanke straffe Beine Overknee-Stiefeln